À propos de « Plonger En France ».

Par Webmaster le 26 novembre 2020

À propos de "Plonger En France"

 

Le site web « Plonger En France » n’est pas une énième version des nombreuses pages qui traitent des meilleurs spots de plongée en France.

Plonger En France abordera des sujets plus controversés, plus polémiques car nous vivons dans un pays où la plongée évolue dans un régime très particulier et unique en Europe (en France également d’ailleurs) voire même dans le monde à de très rares exceptions. Ce régime, que je qualifie sans mal de despotique, nous le devons aux fonctionnaires du ministère chargé des sports qui, avec l’aide intéressée de la fédération délégataire, ont fait le choix de se distinguer et de s’isoler de nos voisins européens. Dans l’hexagone, la très grosse majorité des plongeurs ne sont pas autonomes ou alors que partiellement (64% de N1 et 24% de N2). Cet état de dépendance explique pourquoi peu de palmipèdes sont conscients du statut exclusif de la plongée française. Il faut aussi remarquer que ce système pernicieux s’est installé progressivement et à l’ombre des sujets plus populaires. Les autonomes, les encadrants ou encore les plongeurs voyageurs sont mieux informés mais pas toujours plus lucide. La plupart d’entre nous ont découvert la plongée sur notre littoral voire dans nos piscines et par la suite ont effectués leurs classes exclusivement en France. Tout cela explique pourquoi nous vivons dans une profonde léthargie dans notre petit cocon douillé. Mais comme toute chose évolue, de plus en plus de plongeurs s’insurgent et aimeraient plus d’ouverture, d’autre s’en contente faute de mieux ou encore approuve totalement cet isolement forcé. Quelques résistants essayent de faire bouger le mammouth de l’intérieur mais on n’ébranle pas si facilement des décennies de soumission, de docilité et d’égocentrisme. Les grands discours de nos dirigeants sur les bienfaits de l’Europe et de l’harmonisation des législations auraient pu nous redonner de l’espoir mais dans les faits on constate trop souvent que la réalité est bien éloignée de leurs nobles intentions

Au sein du Code Du Sport la plongée n’est qu’une goutte d’eau au milieu d’un océan. Cependant en terme de pages la concernant elle tient la palme des activités haut la main. Et d’ailleurs que vient-elle faire au cœur des réglementations du Sport ?

La plongée n’est pas un sport de masse, guère plus un sport de compétition et encore moins un sport renommé. Et pour couper court à tous débats, la plongée n’est pas un sport du tout. Ce n’est qu’une simple activité de loisir, de plein air, de pleine nature comme il y en a des centaines. La plongée fait partie des minorités et en tant que telle elle restera toujours dans l’ombre loin des préoccupations de bon nombre de responsables de tous bords. Ce statut d’orpheline laisse malheureusement une entière latitude au ministère et à ses acolytes pour œuvrer comme bon leur semble et en toute discrétion.

Dans l’affaire (presque) tout le monde semble content, le ministère justifie son existence en se donnant bonne conscience en arguant la protection des pratiquants, la fédération délégataire étend durablement son influence sur tout le territoire et l’immense masse des plongeurs est complètement déresponsabilisée voire même infantilisée au détriment des encadrants et responsables de structures qui deviennent les garants, bien malgré eux, de la sécurité de tous. Et dans ce monde bien contrôlé les plus fervents du système n’hésiteront pas à venir vous affirmer que la plongée est libre en France et que la liberté pédagogique est une bénédiction que le monde entier nous envie.

Les instances fédérales ont longtemps essayé de convaincre leurs homologues de la CMAS de l’excellence du modèle hexagonal mais sans succès voire même avec l’effet inverse. En effet, le système français est unique au monde et n’a jamais fait d’émule. Ne restait alors qu’aux élites de le protéger pour éviter qu’il ne soit concurrencé par d’autres. L’aboutissement est un enclos fermé avec des règles figées qui freinent toute évolution et surtout qui ne laissent aucune liberté d’action ou d’entreprendre à qui que ce soit. Le grand paradoxe est que la France a souhaité protéger son modèle alors qu’il y a au moins une chose de certaine, c’est que personne n’a jamais entrepris de nous le voler ni même de le copier.